Vers toujours plus de voitures électriques

Le nombre de pays annonçant la fin des ventes de voitures diesel et essence augmente, impliquant un transfert industriel majeur vers les véhicules électriques.

23/08/2017

Équipe en charge des investissements durables

Schroders

Fin juillet, le gouvernement britannique a annoncé le projet d’interdire la vente de nouvelles voitures à essence et diesel en Grande-Bretagne à partir de 20401. En emboitant le pas aux Pays-Bas, à la Norvège, à l'Inde et à la France, le pays devient le 5ème au monde à s'engager à vendre uniquement des voitures électriques.

Pour sa part, la Chine – bien que n’ayant pas encore engagé de programme de transport entièrement électrique – se pose en leader à l’international. En 2016, le pays a comptait 350 000 véhicules électriques, soit plus du double qu’aux États-Unis. La Chine compte 150 000 stations de recharge, et 100 000 nouvelles seront installées cette année (soit 10 fois le nombre de celles installées aux Etats-Unis).

Le pas en arrière des États-Unis sur leurs engagements en matière de climat pourrait permettre à la Chine de saisir des opportunités délaissées par des entreprises américaines. Le plan quinquennal chinois a souligné les ambitions du pays, en annonçant l’intention de construire un réseau national de stations de recharge suffisamment large pour répondre à la demande de cinq millions de véhicules électriques d'ici 2020. Plus récemment, le pays a réaffirmé son engagement envers la décarbonation après que les Etats-Unis aient annoncé leur retrait de l’Accord de Paris.

Les États américains semblent néanmoins répondre à ce défi en saisissant des opportunités à leur proche échelon. En juin, la Californie a ainsi convenu d'une alliance avec la Chine pour développer des technologies de véhicules à émission nulle. Le groupe de travail constitué suite à cet accord découle d'un partenariat établi en 2014 entre l’Institute of Transportation Studies de l’Université de Californie-Davis et le China Automotive Technology and Research Centre.

Le marché n'est pas limité aux États-Unis et à la Chine, bien qu’ils dominent à l’échelle mondiale. Le tableau ci-dessous représente le stock de véhicules électriques dans les principaux marchés, ainsi que les objectifs de croissance nationaux à horizon 2020. Collectivement, ces objectifs impliquent une croissance annuelle de 86 % des ventes jusqu'en 2020, juste en dessous de la croissance annuelle de 100 % enregistrée sur les 5 dernières années.

 

Stocks historiques de véhicules électriques et objectifs 2020 des différents pays

 Source : Média nationaux, McKinsey2, IEA, Schroders.

Si les taux de croissance semblent spectaculaires, ils sont soutenus par des fondamentaux économiques en forte amélioration. Dans de nombreux pays, d’importantes subventions rendent déjà les véhicules électriques compétitifs par rapport aux voitures à essence ou diesel. Le coût de propriété non subventionné (le coût total pour les consommateurs au cours de la durée de vie du véhicule) devrait descendre en-deçà de celui des voitures traditionnelles au cours des prochaines années, si ce n’est déjà fait.

 

Surcote/décote des véhicules électriques par rapport aux moteurs traditionnels

Source : IEA, Schroders.

La vitesse d’évolution de l'industrie n'est pas passée inaperçue chez les constructeurs automobiles traditionnels. Le fait qu’un nombre croissant de pays envisage d'éliminer les véhicules à moteur à combustion interne encourage les consommateurs à se détourner des technologies qui seront bientôt obsolètes.

De nombreux grands constructeurs se sont donc fixé des objectifs ambitieux. Volvo a annoncé son intention de cesser la production de toutes les voitures essence ou diesel. De plus grands concurrents tels que BMW, GM, Daimler, Ford, Honda, Renault et Volkswagen ont tous défini des objectifs qui leur imposeront de se concentrer sur les technologies électriques dans leurs plans de développement et de lancement de produits.

L'industrie automobile devrait ainsi être fondamentalement différente au terme de la prochaine décennie, les ressources retirées des technologies traditionnelles à essence et diesel étant redirigées vers des alternatives électriques.

 


1. https://www.ft.com/content/7e61d3ae-718e-11e7-93ff-99f383b09ff9

2. https://www.iea.org/publications/freepublications/publication/GlobalEVOutlook2017.pdf

The opinions contained herein are those of the author and do not necessarily represent the house view. This document is intended to be for information purposes only. The material is not intended as an offer or solicitation for the purchase or sale of any financial instrument. The material is not intended to provide, and should not be relied on for, accounting, legal or tax advice, or investment recommendations. Information herein is believed to be reliable but Cazenove Capital does not warrant its completeness or accuracy. No responsibility can be accepted for errors of fact or opinion. This does not exclude or restrict any duty or liability that Cazenove Capital has to its customers under the Financial Services and Markets Act 2000 (as amended from time to time) or any other regulatory system. Cazenove Capital is part of the Schroder Group and a trading name of Schroder & Co. Limited 12 Moorgate, London, EC2R 6DA. Authorised by the Prudential Regulation Authority and regulated by the Financial Conduct Authority and the Prudential Regulation Authority. For your security, communications may be taped and monitored.